Anika a volé la fusée de Pesquet pour s’élever une nouvelle fois au-dessus des croûtes terrestres

A peine sorti son roboratif dernier album Change, Anika revient déjà parmi nous, mais pour mieux repartir, loin, très loin, le temps d’un featuring dans la navette spatiale des Teutons d’AUA.

Ce n’est pas le type de bande-son sur laquelle elle a l’habitude d’évoluer, mais bien entendu, tout se passe admirablement. Nimbée dans son habituelle reverb, Anika navigue bien au-dessus du ventre mou de la pop dans « Islands song » d’AUA. Elle dérive gentiment, à son rythme, tout en contrôle, à 100 000 pieds au-dessus de la Terre, dans un exercice de style fascinant de facilité.

Le duo lipsien au nom pas vraiment SEO-friendly signé chez Crazysane Records a écrit la chanson sucrée idéale pour que la chanteuse s’épanouisse sur une planète étrangère, qui fait office de bonus track inattendu à un deuxième album très réussi.

Quelle que soit la proposition, en solo, en groupe, en featuring, on écoute toujours l’extra-terrestre d’Anika les yeux ébahis. Les yeux de l’amour, probablement. En un mot comme en cent, Anika, rappelle-toi, que je ne suis rien sans toi.

> AUA, The Damaged Organ (Crazysane Records)

Photo : Sven Gutjahr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *